1/2
1/2

Les conférences (entrée libre)

Comme les années précédentes, il y aura en 2023, sur les trois jours du Salon, des conférences et des animations, avec toujours la première matinée dédiée aux scolaires.  

Ci-dessous, pour rappel, les conférences données en Salle des Mariages de la Mairie du 15e arrondissement pendant le Salon 2022.

Celles de 2023 seront précisées ultérieurement.

Mercredi 16 mars

• 14h30 : remise du prix littéraire Histoire et Généalogie 2022

  par M. le Maire du 15e Philippe Goujon.

• 15h-16h30 : Utiliser Geneanet au mieux en généalogie

  par Benoît de Maigret, directeur des Partenariats et de la

  Communauté. Découvrir les ressources et les partages portés

  par cette gigantesque base communautaire (plus de 7 milliards

  d’ancêtres mis en ligne), ainsi que les nouvelles possibilités, pour

  mieux faire progresser notre généalogie, pratiquer l’entraide

  et rencontrer des cousins.

• 16h30-18h : Identifier et comprendre les coiffures militaires

  par Éric Labayle. Les coiffures militaires sont bien visibles
  sur les portraits et sur les photos de famille anciennes.

  Les reconnaître permet d'interpréter correctement l'image

  et de poursuivre si besoin vers les archives militaires.

  L'après-midi du mercredi, Éric Labayle pourra vous aider

  à identifier des coiffures et uniformes sur les photos de famille

  que vous pourriez montrer. 

Jeudi 17 mars

• 10h30-12h : Développer son arbre généalogique avec Filae.com

  par Yann Guillerm, formateur et community manager pour Filae.

  Découvrez comment, grâce à l’enrichissement permanent de ses

  collections d’archives numérisés et indexées et au développement

  de nouvelles fonctionnalités d’arbres généalogiques, Filae ouvre

  des perspectives uniques de découvertes à tous les généalogistes.

• 12h-13h30 : RetroNews et Gallica : deux atouts pour retrouver

  ses ancêtres au sein de millions de journaux d’époque

  par Julien Lucchini, développeur digital RetroNews, et par Tony

  Neulat, généalogiste et auteur. Quels renseignements

  généalogiques y découvrir ? Et comment y mener une recherche

  efficace sans crouler sous les résultats ?

• 13h30-15h : Retrouver et relever une concession funéraire

  par Myriam Provence. Le projet collaboratif Sauvons nos tombes

  a montré combien elles sont fragiles. Comment retrouver  

  un caveau familial, une concession funéraire et y découvrir
  des informations généalogiques ? Comment aussi en empêcher

  la destruction ? Quelles preuves apporter pour les relever ?

• 15h-16h30 : Les ressources en ligne des Archives nationales

  du monde du travail (ANMT) utiles aux généalogistes 

  par Raphaël Baumard, conservateur du patrimoine, directeur

  adjoint des Archives nationales du monde du travail. Le site
  des ANMT donne accès à des ressources inédites et toujours plus

  nombreuses pour qui souhaite compléter sa généalogie et

  connaître le parcours professionnel de ses aïeux. Informations

  nominatives consultables dans les inventaires, numérisations

  de fiches matricules de mineurs de fond et de cheminots,

  archives des entre­prises et des associations : comment exploiter

  ces données ? Découvrez toute la richesse des fonds conservés.

• 16h30-18h : Découvrir les archives et sources mémorielles
sur la guerre de 1870 (Service historique de la Défense, Archives

  nationales, départementales, municipales, etc.) à travers

  l'exemple du cuirassier Wettmann

  par Sandrine Heiser, conservateur en chef du patrimoine
  aux Archives nationales, à l'initiative de la Journée

  du généalogiste au Service historique de la Défense. Les pistes
à exploiter pour enquêter sur un militaire mort des suites de

  ses blessures à la bataille de Woerth-Frœschwiller (6 août 1870),

  représentatives des difficultés généalogiques de la période.

Signalons par ailleurs que, le jeudi 17 mars, une journée entière
de formation à la paléographie (60 € la journée) est donnée par Béatrice Beaucourt à l'association du parc Brassens, 6-8 place Jacques Marette, Paris 15e (M° 12 ou 13, bus 89 ou 95, Tram T3 (arrêt Brancion). Inscription et renseignements : beatrice.beaucourt@gmail.com ou genealogieduparc@gmail.com

Vendredi 18 mars

• 10h30-12h : Retrouver ses ancêtres portugais par Marianne

  Péchereau. Comment reconstituer des filiations qui mènent

  le généalogiste de la France au Portugal ? Que chercher déjà ici 

  dans les archives françaises ? Comment procéder pour

  progresser dans le pays de ses ancêtres ? Et quelles sont

  les ressources portugaises en ligne que l'on peut explorer

  depuis chez soi ?

• 12h-13h30 : Ancêtres étrangers en France, panorama

  des sources, depuis l'arrivée jusqu'à la naturalisation 

  par Laurence Abensur-Hazan, généalogiste. Aujourd’hui, quatre

  personnes sur dix auraient des origines étrangères remontant

  à deux ou trois générations. Avant de renouer le fil

  des générations dans le pays d’origine, il faut commencer

  par explorer les sources d'informations disponibles en France,

  car elles ne manquent pas.

• 13h30-15h : Suivre la diaspora protestante et retrouver
  ses cousins partis au loin
 par Justine Berlière, archiviste

  paléographe et conservateur du patrimoine, directrice des
  archives départementales de Corrèze. Un thème porté par sa

  généalogie personnelle et ses recherches tout autour du monde.

• 15h-16h30 : Comment entrer en contact avec des cousins

  potentiels : conseils, règles d’éthique par la généalogiste Marie

  Cappart. Un généalogiste croit toujours qu’un cousin potentiel   

  dont il a obtenu les coordonnées va l’accueillir à bras ouvert.

  C’est loin d’être le cas, notamment quand le lien s’est fait par

  le biais de tests ADN. Comment préparer son courrier ? Quelles

  informations livrer ou demander ? Comment poursuivre sans 

  être intrusif ? Comment raconter ses trouvailles sur son blog

  sans empiéter sur la vie privée d’autrui ? Et comment accepter 

  le refus éventuel de tout contact et le désintérêt pour l’histoire

  familiale ? Les conseils d’une experte.

• 16h30-18h : Afrique, Algérie, Amérique, Asie, départements

  et collectivités d’outre-mer : reconstituer des généalogies

  autour du monde grâce aux Archives nationales d’outre-mer

  par Isabelle Dion, conservateur général du patrimoine, directrice

  des ANOM. Les ANOM conservent une partie des archives

  de l'ancien empire français (Amérique du Nord, Afrique, Asie),

  de l'Algérie et de l'outre-mer français actuel. On y trouve

  l’histoire des hommes et des femmes qui ont vécu outre-mer,

  une histoire riche en émotions et un passé difficile et douloureux

  encore aujourd’hui. En attestent plus de 7 000 courriers

  annuels reçus de plusieurs continents, concernant des demandes

  d’état civil, d’attestations de carrière, d'états de services

  militaires…

Samedi 19 mars

• 14h30-16h : Retracer une généalogie arménienne 

  par Laurent Le Guyader Chahbazian, généalogiste arménien,

  et Boghos Tchitchekdjian, vice-président de l'association RIGA 

  (Relai international de généalogie arménienne). Les défis

  de la généalogie arménienne et les réponses apportées par RIGA.

  Méthodes de recherches, localisation des archives, collaboration

  en réseau. Cas d’application à une mission de généalogie

  arménienne.

• 16h-17h : Identifier et comprendre les uniformes militaires

  par le LCL Joussen de la Division Symbolique au Service

  historique de la Défense. Introduction à l’uniformologie, suivie

  de questions-réponses et d'identification des uniformes sur les

  photos de famille anciennes que les auditeurs auront pu

  apporter.

1/2
1/2