top of page

Conférences, spectacle et ateliers

En 2024, 15 conférences, 18 ateliers et un escape game sont donnés, dans la salle des Mariages à la Mairie, dans l'auditorium de la Médiathèque Marguerite-Yourcenar ou au Parc Brassens.

Un spectacle théâtral sera produit le vendredi soir 15 mars à 19h

à la Médiathèque Marguerite-Yourcenar, et joué à nouveau le dimanche 17 mars à 14h30 au Théo Théâtre, toujours dans le 15e arrondissement bien sûr.

 

Retenez aussi que le Salon du Vieux Papier et de la Carte postale ancienne se prolonge aussi le dimanche (voir onglet "Activités").

Le spectacle théâtral (entrée libre)

Le Cours de généalogie Paris.jpg
Capture d’écran 2023-11-25 à 12.01.25.png

Le vendredi soir 15 mars, un spectacle théâtral est donné à 19h (durée 1h10) dans l'auditorium de la Médiathèque Yourcenar. Il est déjà complet, mais si les inscrits ne se présentent pas à 19h, ils sont remplacés par les personnes présentes non inscrites souhaitant y assister (dans la limite des places vacantes bien sûr).

Pour information, la pièce se rejoue :

— le dimanche 17 mars à 14h30 au Théo Théâtre

— le jeudi 21 mars, au Théâtre Clavel.

Le titre ? Le cours de généalogie ! Ça s'imposait !

Voici un cours, des élèves qui s’installent, une enseignante aguerrie... Tout pourrait se dérouler de façon scolaire. Mais les histoires personnelles de chacune viennent bouleverser la séance : le désarroi d’une jeune fille née sous X qui fait feu de tout bois (tests ADN ou recours à la psycho-généalogie), les recherches d'autres élèves à l'autre bout du monde, les rêves bling-bling d'une passionnée voulant remplir son arbre de célébrités... Malgré la bonne volonté de chacun, le cours part en vrille, avec de multiples rebondissements ! Une comédie « tout simplement génialement drôle », selon les propos de François Baron, mêlant théâtre, chant et danse. À voir ou à revoir !

Sur scène : Mathilde Morin, qui a joué dans La Voleuse de souvenirs, qui anime les vidéos hebdomadaires YouTube d’Archives & Culture (+1 million de vues) et qui a réalisé les chorégraphies de la pièce ; Clara Allot, qui expérimente art dramatique, cinéma, danse, chant et comédie musicale… et désormais la généalogie ! Marie Breton-Violet, qui joue sur les scènes de Disneyland Paris et du théâtre La Boussole ; Éléa Grégoire qui crée des mises en scène après six ans d’école professionnelle mêlant théâtre, chant et danse ; Marie Rioux, de la Compagnie Cœur Sacré, qui joue Petits Silences gênés jusqu'en juin, au théâtre Darius Milhaud.

Capture d’écran 2023-11-25 à 12.01.50.png

Les conférences des 14, 15 et 16 mars et les ateliers du 16 mars : infos générales

Pendant les trois jours du Salon, 15 conférences et 18 ateliers seront donnés, dans la salle des Mariages à la Mairie ou dans l'auditorium de la Médiathèque Marguerite-Yourcenar ou dans les locaux de l'Association du Parc-Brassens. L'accès aux conférences (voir ci-dessous) et au spectacle (ci-dessus) est gratuit mais se fera sur inscription. L'accès aux ateliers (voir onglet "Activités") se fera contre une participation.

Les liens pour s'inscrire seront actifs jusqu'au 9 mars. Pour cela, vous pouvez soit cliquer sur les liens généraux (boutons de couleur ocre pour la liste générale) soit sur l'horaire (en rouge) de la conférence ou de l'atelier qui vous intéressent.

Attention : si le nombre d'inscrits à une conférence atteint le nombre de places disponibles, les inscriptions sont stoppées pour la conférence en question. Mais si les inscrits ne se présentent pas à l'heure où la conférence commence, ils sont remplacés par les personnes présentes non inscrites souhaitant y assister (dans la limite des places vacantes bien sûr). Idem pour les ateliers.

Les conférences du jeudi 14 mars en salle des Mariages de la Mairie de Paris 15e

• 14h15-15h45 : Comment trouver des photos

de famille et les identifier ? 

Le conférencier donne ici ses clés pour retrouver des photos de famille anciennes, à la fois dans les fonds privés et dans les fonds publics, dans les armoires de cousins et sur la toile. Car contrairement aux idées reçues, la découverte de photos de famille n’est pas une question de chance mais de méthode. Il livre aussi ses astuces, via des cas concrets, pour identifier les visages tombés dans l'oubli.

Par Tony Neulat, qui s’est constitué, à partir de zéro, une collection de plusieurs centaines de photos de famille anciennes de plusieurs pays, et partage ici tout son savoir-faire. Il est l’auteur du guide Retrouvez et identifiez toutes vos photos de famille (parution mars 2024).

 

• 15h45-17h15 : Retrouver un ancêtre marin grâce à Internet : les dernières nouveautés

Le Service historique de la Défense détient les trois quarts des fameuses matricules des gens de mer, permettant de reconstituer toute une carrière d’un marin. À la suite d’un partenariat avec FamilySearch, leur numérisation a été entreprise et les mises en ligne ont débuté en 2022 sur le site Mémoire des hommes. Les archives départementales, qui détiennent l’autre quart de ces fonds, en ont déjà numérisé une grande partie et continuent à le faire. Mais comment se retrouver dans ces matricules ? Comment les comprendre et les exploiter ? Et représentent-elles vraiment le seul moyen de reconstituer une carrière ?

Par Christian Duic, fondateur du Cercle généalogique de Sud Bretagne, est l’auteur de Retrouver un ancêtre marin.

• 17h15-18h45 : Retracer des parcours et des carrières de cheminots

Les archives des compagnies ferroviaires sont dispersées, parfois lacunaires, l'histoire du train a débuté avec d’autres compagnies que la SNCF, très nombreuses, les métiers sont multiples, le monde du rail englobe aussi le tramway et le métro... Des connaissances préalables sont nécessaires pour comprendre cet univers, savoir où trouver des renseignements pertinents et reconstituer le parcours professionnel d’un aïeul cheminot, traminot ou employé du métro.

Par Yann Guillerm, historien bénévole au sein d’associations de généalogie, avec de nombreux ancêtres cheminots, auteur du guide Cheminots, traminots, employés du métro, etrouver leur histoire, et Henri Dropsy, président du Cercle généalogique des cheminots, président puis coordonnateur des activités des sections de généalogie à l’UAICF, directeur de publication de Généalogie Rail.

Le tableau ci-dessous donne la synthèse des conférences du jeudi. Cliquez sur lui si besoin, pour le télécharger en grand, en version PDF. 

Capture d’écran 2024-01-08 à 20.11.34.png

Les conférences du vendredi 15 mars en salle des Mariages de la Mairie de Paris 15e

• 10h30-12h : Les fonds généalogiques et l’état civil des Archives diplomatiques (Nantes et La Courneuve)

Après un bref rappel sur l’état civil conservé aux Archives diplomatiques (et aussi sur ce qui n’y est pas !), les conférenciers feront une présentation des fonds conservés à Nantes et à La Courneuve pouvant apporter des informations dans le cadre d’une recherche généalogique. Ils indiqueront les guides et instruments de recherches à disposition en ligne et dans les deux salles de lecture, avec une démonstration sur le portail France Diplomatie. Enfin, ils détailleront la procédure dématérialisée de demande d’actes d’état-civil au Service central de l’état civil à Nantes (actes de moins de 100 ans) et aux Archives diplomatiques (actes de plus de 100 ans).

Par Agnès Chablat-Beylot (conservatrice du patrimoine, archives diplomatiques, site de Nantes) et Pierre Marchandin (conservateur du patrimoine, archives diplomatiques, site de de La Courneuve)

• 12h-13h30 : Les défis de la généalogie arménienne

Avec un bref rappel sur l'enchaînement historique à la fin de l'Empire ottoman, les conférenciers expliquent le contexte particulier de la généalogie arménienne, les réponses apportés par l’association RIGA de reconstitution des familles arméniennes brisées par le génocide et les façons de procéder pour retrouver ses racines.

Par le généalogiste Laurent Le Guyader Chahbazian et par Boghos Tchitchekdjian, vice-président de l’association RIGA.

• 13h30-15h : Reconstituer des parcours de civils sous l'Occupation. À partir de deux exemples :

deux femmes assassinées à la Libération par la Résistance et une jeune résistante déportée à Auschwitz

Journaliste pour France 24, Stéphanie Trouillard est originaire de Nantes avec des racines familiales dans le Morbihan. Depuis plusieurs années, elle s’est spécialisée dans l’histoire de de la Seconde Guerre mondiale. Dans ses deux derniers ouvrages, elle s'est intéressée à des parcours d'anonymes morts au cours du conflit. Dans Le village du silence (Skol Vreizh Éditeur), elle a enquêté sur l'assassinat de deux réfugiées du Nord de la France dans un village breton à la Libération et dans sa bande-dessinée Le sourire d'Auschwitz (Éditions Des Ronds dans l'O), elle retrace le destin tragique d'une jeune résistante morbihannaise déportée dans ce camp d'extermination. Grâce à ses connaissances sur les archives, elle vous propose de vous expliquer comment reconstituer le parcours de civils sous l'Occupation.

Un temps d'échange avec le public dans le péristyle conclura la rencontre, en même temps qu’une séance de dédicace jusqu’à 17h30.

Village du silence.png
Le sourire d'Auschwitz.png

• 15h-16h30 : FranceArchives : un portail pour les archives et la généalogie

FranceArchives, portail agrégateur national pour les archives françaises, porté par le ministère de la Culture en partenariat avec le ministère des Armées et le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, offre un accès fédéré à plus de 22 millions de descriptions d’archives, dont 3,5 millions liées à des documents numérisés, conservés dans plus de 140 services d’archives publics et privés partenaires. Ces archives sont une mine de renseignements pour des recherches individuelles : actes notariés, dossiers individuels, recensements divers, etc. Plus de 25 000 personnes mentionnées dans les archives sont ainsi identifiées et reliées à leurs notices correspondantes dans data.bnf et/ou Wikidata.

FranceArchives, c’est aussi une base de noms qui offre un accès fédéré à près de 10 millions d’indexations nominatives de sources sérielles bien connues des passionnés de généalogie telles que les registres matricules militaires et l’état civil, donnant ainsi de la visibilité au travail patient d’indexation des participants aux projets collaboratifs des archives. La base de noms sera enrichie en 2025 par les résultats du projet de recherche Socface qui mobilise la reconnaissance automatique d’écriture manuscrite pour analyser l’ensemble des listes nominatives du recensement de 1836 à 1936, afin de produire une base de données de tous les individus ayant vécu en France entre 1836 et 1936. Cette base fournira le matériau de recherche aux historiens et démographes pour analyser le changement social dans la longue durée, mais constituera aussi une ressource précieuse pour repérer ou suivre des parcours individuels.

Par Aude Guého, Service interministériel des Archives de France, Christopher Kermorvant, Teklia, et Anne-Isabelle Vidal, Service interministériel des Archives de France.

Un temps d'échange avec le public dans le péristyle conclura la rencontre jusqu'à 18h.

• 16h30-18h : Les nouvelles collections et fonctionnalités de Filae : une source inépuisable de découvertes

Nouvelles publications d’archives numérisées et indexées, nouveaux services accélérant la recherche et nouvelles fonctionnalités de gestion des arbres… En l’espace de deux ans, Filae a considérablement étoffé son offre au service des généalogistes. Cette conférence vous permet de ne rien rater des dernières évolutions et de trouver, à coup sûr, de nouvelles pistes de recherches sur la trace de vos origines.
Par Yann Guillerm, historien bénévole dans de nombreuses associations et responsable de la satisfaction des utilisateurs Filae, généalogiste et auteur chez Archives & Culture des ouvrages : Retrouver ses ancêtres bretons, Retrouver ses ancêtres et lignages nobles, Archives départemen-tales mode d’emploi, Filae.com : retrouver ses ancêtres sur Internet et Cheminots, traminots, employés du métro : retracer leur histoire.

Les conférences du vendredi 15 mars à l'auditorium de la Médiathèque M. Yourcenar

• 10h30-12h : Utiliser Geneanet au mieux en généalogie

Découvrir les ressources et les partages portés par cette gigantesque base communautaire (plus de 9 milliards d’ancêtres en ligne fin 2023), ainsi que les nouvelles possibilités offertes par le portail, pour mieux faire progresser notre généalogie, pratiquer l’entraide et rencontrer des cousins.

Par Benoît de Maigret, directeur des Partenariats et de la Communauté Geneanet

• 12h-13h30 : Détailler le parcours d’un militaire grâce aux fonds des Archives de Paris

Cette conférence présente les recensement et recrutement militaires de la Seine puis de Paris, conservés aux Archives de Paris. À travers un tour d’horizon concis et rationnalisé de ces sources, la conférence fait découvrir le contexte législatif et réglementaire de leur production et de leur versement aux archives, les différentes typologies qu’elles recouvrent ainsi que leurs bornes chronologiques, et enfin les informations qu’elles contiennent. Vous apprendrez pourquoi et comment mener des recherches dans ces fonds très riches en renseignements généalogiques.

Par Marie-Aimée Dubois-Krzynowek, chargée de valorisation aux Archives de Paris, qui a classé les archives collectées dans le cadre du centenaire de la guerre 1914-1918.

• 13h30-15h : Le placement en Bourgogne des enfants assistés parisiens

Entre 1770 et 1970, plus de 200 000 enfants abandonnés (autrement appelés enfants assistés) admis dans l’ancien département de la Seine font l’objet d’un placement en Bourgogne auprès d’une nourrice et/ou lorsqu’ils sont en âge d’apprendre un métier et de travailler, soit près d'un tiers des admissions parisiennes. Le pays du Morvan en particulier, devient une région d’accueil des « petits Paris », dont Jean Genet en 1911.

En s’appuyant sur les documents produits par le service des enfants assistés de l’ancien département de la Seine et conservés aux Archives de Paris, cette conférence présente les grandes étapes de la mise en place de l’administration des enfants assistés dont le département de la Seine a constitué un modèle national. Elle détaille ensuite l’importance de la Bourgogne comme terre d’accueil de ces enfants, notamment en raison de nécessités économiques.

Par Marie-Laure Las Vergnas, ingénieure des Mines, membre de la Société d’études d’Avallon (Yonne). Son histoire familiale l’a conduite à effectuer de nombreuses recherches et à reconstituer plusieurs parcours de vie d’enfants assistés. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages sur le sujet. Et par Boris Dubouis, archiviste, chef du service de l’accès aux documents des Archives de Paris. Il contribue notamment à l’étude et à la communication de près 800 mètres linéaires de documents produits par le service des enfants assistés de l’ancien département de la Seine, datés de 1639 à 1930, dont plusieurs milliers de dossiers individuels.

• 15h-16h30 : Les archives notariales parisiennes, des ressources si précieuses pour la généalogie

Depuis 1932, le Minutier central des notaires de Paris collecte, classe, conserve et communique les archives des notaires de Paris. Représentant plus de vingt kilomètres linéaires, ces documents – principalement les minutes des actes passés devant les notaires – couvrent plus de quatre siècles d’histoire. Les recherches dans ces fonds nécessitent souvent patience et ténacité, mais enrichissent toujours un arbre généalogique en mettant de la vie et des anecdotes biographiques sur des ancêtres dont on n’avait parfois rien d’autre que le nom. Une conférence qui présente tous les apports du Minutier ainsi que les multiples façons d’y accéder.

Par Romain Le Gendre, archiviste paléographe, conservateur du patrimoine aux Archives nationales, où il dirige le Département du Minutier central des notaires de Paris.

• 16h30-18h : Écrire à partir d’une photo de famille, avec Irène Frain

Une rencontre animée par Catherine Lalanne

Capture d’écran 2024-01-08 à 22.21.17.png
Capture d’écran 2024-01-08 à 22.21.51.png

Certaines photos de famille, qu'elles soient anciennes ou datées de quelques décennies, semblent nous faire signe. La romancière Irène Frain, qui réfléchit sur la pratique de l'écriture et son histoire familiale, vous propose de vous inspirer d'une image pour débuter un récit. Comment faire le portrait d'un aïeul, articuler l'histoire des siens avec la grande histoire, s'inscrire dans une lignée en mêlant l'enquête, la mémoire et la création ?

Durant cette rencontre, animée par la journaliste Catherine Lalanne, rédactrice en chef à l'hebdomadaire Le Pèlerin, la romancière inspirera et guidera tous ceux qui souhaitent prendre la plume.

Un temps d'échange avec le public conclura la rencontre, suivie d'une séance de dédicace de l'ouvrage d'Irène Frain, Écrire est un roman, jusqu’à 19h.

Romancière et biographe talentueuse, Irène Frain a enseigné les lettres classiques au lycée et à l’université. En 1979, elle publie Quand les Bretons peuplaient les mers et entame une grande carrière d'écrivain couronnée de nombreux prix. Passionnée de parcours de vie, elle a exploré l’histoire de sa famille et son lien à ses parents dans de magnifiques récits autobiographiques : Sorti de rien et La fille à histoires, tous deux parus au Seuil en 2013 et 2017. Elle vient de publier Écrire est un roman, un ouvrage dans lequel elle répond aux questions de ses lecteurs et réveille l'auteur qui pointe en chacun d'entre nous. 

NB. Irène Frain assure deux ateliers inédits en ligne, sur ce thème Écrire à partir d'une photographie de famille, sous forme de master class d’écriture Le Pèlerin en ligne, les mardis 19 mars et 2 avril 2024, de 18h30 à 20h.

 

Journaliste, formée à l'animation d'ateliers d'écriture, Catherine Lalanne anime, avec des écrivains, des masterclass d’écriture pour le groupe Bayard. Passionnée de récits et de transmission, elle a participé à des recueils collectifs de mémoire familiale publiés aux éditions Bleu autour. Elle a créé l'Atelier de l’Enfance chez Bayard, une collection d'entretiens inédits avec des artistes : à ses côtés, Éric-Emmanuel Schmitt, Yasmina Khadra et Franck Ferrand ont revisité les sources de leur vocation. Elle a dirigé en 2023, pour l'hebdomadaire Le Pèlerin, le hors-série Écrire mon histoire.

• 19h-20h15 : Spectacle théâtre « Le cours de généalogie »

Un cours, des élèves qui s’installent, une enseignante aguerrie... Tout pourrait se dérouler de façon scolaire. Mais les histoires personnelles de chacun viennent bouleverser la séance, en particulier le désarroi d’une jeune fille née sous X qui fait feu de tout bois (quête ADN ou psycho-généalogie...) et le cours part en vrille, avec de multiples rebondissements. Une pièce incroyablement drôle, mêlant théâtre, chant et danse.

Voir détails en haut de page.

Le tableau ci-dessous donne la synthèse des conférences du vendredi. Cliquez sur lui si besoin, pour le télécharger en grand, en version PDF. 

Conférences du vendredi.png

Les conférences du samedi 16 mars en salle des Mariages de la Mairie de Paris 15e

• 13h30-15h : À la recherche de vos racines protestantes méconnues

Sous l’Ancien Régime, les protestants ont longtemps dû vivre cachés ou s’exiler pour garder leur foi. Victimes de persécutions, ces huguenots sont difficiles à identifier, à localiser, à retrouver entre 1685 (révocation de l’édit de Nantes) et la Révolution. Or ils sont pourtant présents dans nos arbres, pas seulement dans les Cévennes et le Poitou, mais dans bien d’autres régions de France. Comment faire pour les retrouver lorsqu’on ne peut pas s’appuyer sur les traditionnels actes paroissiaux – baptêmes, mariages et sépultures ?

Cette conférence donne des pistes administratives et géographiques, des conseils et des indications méthodologiques selon les périodes, en France et à l’étranger, du XVIe siècle jusqu’à nos jours, pour chercher et retrouver vos ancêtres protestants, en s’appuyant sur des exemples cévenols (Gard et Lozère).

Par Justine Berlière, archiviste-paléographe, conservateur en chef du patrimoine, directrice des archives départementales de la Corrèze. Sa thèse sur La Police à Paris au siècle des Lumières : les commissaires du quartier du Louvre dans la seconde moitié du XVIIIe siècle a été publiée par l’École des Chartes. Elle a coécrit un polar généalogique, Le Silence des maquis, qui évoque entre autres la répression des protestants par Louis XIV et leur exil. Elle est aussi l’auteure du guide de généalogie Retrouver ses ancêtres protestants, paru en 2023.

Un temps d'échange avec le public dans le péristyle conclura la rencontre, en même temps qu’une séance de dédicace jusqu’à 17h.

• 15h-16h30 : Retrouver ses ancêtres allemands de part et d'autre du Rhin : depuis les Allemands en France jusqu’à la recherche familiale en Allemagne

L'histoire de l'Allemagne est étroitement liée à celle de la France et les sources généalogiques permettant de retrouver ses ancêtres allemands se trouvent de part et d'autre du Rhin. Pour partir en quête de son histoire familiale, il est important de bien savoir par où commencer. 

À travers de nombreux exemples, l'auteure du guide Allemagne et généalogie vous présente les principales sources accessibles en France, en Allemagne et de plus en plus souvent en ligne.

Par Sandrine Heiser, conservatrice en chef du patrimoine aux Archives nationales, à l’initiative de la première Journée du généalogiste tenue au Service historique de la Défense. Elle a aussi coécrit les guides Archives militaires, mode d’emploi et Alsaciens et Mosellans de 1870 à 1945 et elle est l’auteur du livre Retrouver un ancêtre blessé en 1914-1918, prix Histoire 2018 de l’AP-HP.

Le tableau ci-dessous donne la synthèse des conférences du samedi. Cliquez sur lui si besoin, pour le télécharger en grand, en version PDF. 

Conférences du samedi 16 mars.png
bottom of page